Stockholm
18 Jul, Thursday
17° C
TOP

Agathe Revaillot, la tête et les mains

Agathe Revaillot

Agathe Revaillot, la tête et les mains

Ancienne étudiante de l’École supérieure d’Art et Design Saint-Étienne (Ésadse), Agathe Revaillot oeuvre dans le « care ».
Passionnée par les relations humaines, cette designer crée des dispositifs pour rendre l’environnement plus accueillant à celles et ceux qui rencontrent des difficultés passagères ou permanentes d’adaptation.

Cette Stéphanoise d’adoption envisage le design par « la pensée et les mains. C’est vraiment un équilibre. Il faut du concept, de l’intellectuel, et du manuel, du savoir-faire », explique celle qui a laissé parler sa créativité dès ses plus jeunes années.
« Ma grand-mère m’a appris à coudre. Je jouais à créer des habits ou du mobilier pour mes poupées, raconte-t-elle. Adulte, j’ai conçu mes propres habits.» D’ailleurs, elle a imaginé un temps être styliste.
Pour autant, après le bac, elle opte pour un diplôme des Métiers d’Art décors et mobiliers option tapisserie, à Autun.
Puis, elle devient maroquinière de luxe à Saumur, chez des sous-traitants. Alors que très appréciée pour son sérieux et sa rapidité d’exécution, la jeune femme s’ennuie…

Pour pallier cet ennui, elle conçoit des outils pour aller plus vite et travailler ses finitions.
Son manager, avec qui elle s’entend bien, l’interroge alors : « Qu’est-ce que tu veux faire dans ta vie ? » Elle répond : « être designer. » Il lui réplique « Ta place n’est pas là. Vas-y, fonce, va vers ce métier ! »

L’enjeu des relations humaines

Quelques mois plus tard, Agathe intègre donc l’École de design de Nancy, avant de rejoindre le Master 2 Design Objet de l’Ésadse, en 2019.

« C’était mon rêve d’aller à Saint-Étienne. C’est une ville créative, à taille humaine, hyper accessible, vraiment accueillante pour la création. »
Le fil conducteur créatif de la trentenaire se construit autour des relations humaines : comment se créent-elles ? Pourquoi ne se créent-elles pas ? Qu’est-ce qui fait des noeuds ?… »

Au sein de l’école stéphanoise, elle approfondit son projet, le design « care ». « C’est un design avec de l’éthique et de la sollicitude, destiné à tous ceux auxquels on ne pense pas souvent, comme les très jeunes enfants ou encore les personnes en situation de handicap. »
Agathe Revaillot trouve des solutions ergonomiques, ludiques, à des problématiques rencontrées par les enfants ou le personnel. « Je crée des dispositifs
avec des éléments naturels qui leur permettent de développer leurs compétences de cohésion sociale, de collaboration entre pairs. »
La Bourguignonne d’origine n’aime pas la routine. Le design lui apporte cette liberté d’explorer des environnements différents avec un large public. « J’adore apprendre car c’est aller vers l’inconnu et se faire peur parfois. (rires) J’adore ça. »

Elle ajoute « Un jour, j’aimerais bien transmettre… » Itinéraire à suivre !