Stockholm
01 Dec, Wednesday
-4° C
TOP

Quand la presse parle du design à Saint-Étienne…

De son passé industriel au renouveau du design Saint-Étienne a su rebondir pour devenir le leader national du design. En atteste son rang dans le prestigieux classement UNESCO. En effet, Saint-Étienne fait partie des 31 villes créatives design au monde reconnues par l’Unesco. La Biennale Internationale Design de Saint-Étienne attire beaucoup de monde (235 000 visiteurs en 2019) dont 50% de visiteurs extérieurs au territoire de la Métropole. Elle s’exporte aussi dans les plus grands événements : Triennale Milan, Foire du livre Francfort, Biennale de Wuhan, London Design Festival.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la Biennale est le 16e événement culturel mondial. En 2017, plus de 400 journalistes se sont pressés à la Cité du design, ce qui a généré 1 350 retombées presse. Saint-Étienne sait créer, Saint-Étienne sait recevoir, Saint-Étienne sait faire parler de son design.

Journal Le Parisien

« Cela fait maintenant plus d’une décennie que Saint-Étienne est la capitale du design, depuis l’obtention du titre de Ville Unesco de design et l’ouverture de la Cité du design.» (Cyril Michaud-11 juin 2021)

France Bleu

« La Biennale internationale du design de Saint-Étienne, c’est : 235.000 visiteurs en 2019, dont des professionnels, des touristes et des groupes scolaires ; 15.000 nuitées enregistrées dans 27 hôtels de la ville en 2017, des expositions hors les murs, dans les rues stéphanoises, et une attractivité internationale, avec 40 pays représentés lors de la dernière édition. »

  • « La capitale du Forez est devenue en quelques années la ville incontournable dans l’hexagone pour tout ce qui concerne le design. Après avoir longtemps été un fief de l’industrie en France, la ville de Saint-Étienne a réussi une incroyable reconversion en deux décennies, à peine. »
  • « En quelques années, la cité forézienne s’est imposée comme LA ville française du design ! »
  • « Après avoir longtemps rugi pour le football, Saint-Étienne rugi désormais aussi grâce au design »

(Charles Dos Santos-27 juillet 2016)

« Métropole modèle dans ce domaine et seule ville française désignée Ville créative pour le design par l’Unesco, la cité rhônalpine n’abrite pas seulement une Biennale internationale design où se pressent près de 230.000 visiteurs venus du monde entier. Elle met surtout en œuvre depuis plusieurs années une politique ambitieuse pour attirer étudiants, chercheurs et innovateurs, tous spécialistes de design.  »

« La révolution du design thinking est en marche, et celle-ci débute à Saint-Étienne. »

(Théo Dupuis- 15 décembre 2018)

« Une belle reconnaissance pour la ville du Forez, qui, longtemps pionnière dans le développement industriel, a fait le choix aujourd’hui d’associer art et industrie, capitalisant sur son histoire et le sens de l’innovation de ses entreprises. » (17/01/2013)

« La politique audacieuse de l’EPASE, associée à celle de la Ville et de la Métropole, porte ses fruits : la démographie retrouve son dynamisme, et Saint-Étienne capitale européenne du design réputée a rejoint le réseau des villes créatives de design de l’Unesco. Le palmarès ne s’arrête pas là : en 2015, la Métropole obtient le label French Tech/Design Tech, affirmant sa prééminence en tant qu’unique ville Design Tech de France. » (mai 2021)

 » Design : Saint-Étienne fait des merveilles « 

 » Saint-Étienne sublime les objets du quotidien « 

 » C’est dans sa fameuse Manufacture du XIXe siècle, haut lieu de son histoire ouvrière, que le chef-lieu de la Loire accueille aujourd’hui la Cité du design. Et se réinvente grâce à une approche démocratique de la discipline. « 

 » Il y a les bancs en bois multicolores de la Cité du design, le banc Kyoto au look japonisant de la place Jean-Jaurès, les petits plots jaunes façon « champignons » de l’avenue Grüner, le banc-serpent à recharge USB de la place Fourneyron… À Saint-Étienne, les bancs publics servent à s’asseoir, mais pas seulement. Ils remettent aussi la poésie au cœur de la rue. Tous les deux ans depuis 2013, à l’occasion de la Biennale internationale du design, la préfecture de la Loire lance un appel à projets auprès de designers d’ici et d’ailleurs pour concevoir des bancs pas comme les autres.  » (Véronique Lorelle-26 décembre 2018)

« With its remarkable history allied to industrial modernity, Saint-Étienne, land of creators and inventors, is a constantly changing city, driven by a dynamic linked to the arts and industry. »

« The City of Saint-Étienne and Saint-Étienne Metropolitan government have defined a strategy for action which uses design as a structural tool in economic, social and cultural development. »

« In 2010 Saint-Étienne became the first French city to join the UNESCO creative cities network as city of design. »

« Thanks to concrete initiatives such as the creation of the Cité du design and the International Design Biennial, Saint-Étienne has adopted design as an agent for urban transformation and for economic development. »

« Saint-Étienne : le saint des saints du design »

« Estampillée ville créative par l’Unesco, elle s’est redynamisée au point de s’ériger aujourd’hui en capitale du design. La preuve à l’occasion de la biennale Design Saint-Étienne. »

(Sarah Belmont-7 avril 2019)

Ministère de la culture : 3 références à Saint-Étienne : Cité du design, Musée d’art moderne et contemporain, Musée d’art et d’industrie.

« Le design industriel est devenu l’une des pièces maîtresses dans la chaîne de l’innovation. Saint-Étienne, seule ville française Créative Unesco Design, offre une place unique en France pour ce secteur. » (8 juin 2018)

 » Des échantillons de tissu imprimés de fleurs rappellent que Saint-Étienne fut la capitale du ruban, des éponges de mer et des coraux donnent à l’ensemble une ambiance de cabinet de curiosités. »

 » Canapé branche, table feuille, radiateur volutes… À Saint-Étienne, le design renoue, grâce à la technologie, avec l’exubérance de la nature. « 

26 mai 2021 –  » Souvent, les expositions de design montrent des objets extraordinaires qui semblent inaccessibles . Le musée d’Art moderne et contemporain stéphanois, au contraire, tire de ses réserves des productions courantes : chaise d’école des années 1950, tabouret Tam Tam en plastique orange des années 1970, cuisine tout équipée ou yaourtière. Cette belle sélection amène à comprendre que le design se cache même dans une simple machine à coudre ou un banal fer à repasser. «  Exposition « Déjà-vu » au musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne.